Une bourse prestigieuse de 100 000 $ décernée à Dr Louis-Patrick Haraoui, de l’Hôpital Charles-Le Moyne, pour ses recherches sur la propagation des bactéries antibiorésistantes

Le Dr Louis-Patrick Haraoui, microbiologiste-infectiologue et anthropologue à l’Hôpital Charles-Le Moyne, vient de se démarquer parmi les plus récents chercheurs au plan international, en recevant une bourse de 100 000 $ en soutien à ses recherches sur le microbiome humain.

Le Dr Haraoui est aussi chercheur au Centre de recherche – Charles-Le Moyne – Saguenay–Lac-Saint-Jean sur les innovations en santé (CR-CSIS), chercheur-boursier clinicien Junior 1 du Fonds de recherche du Québec-Santé ainsi que professeur adjoint au Département de microbiologie et d’infectiologie de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke.

La bourse qui lui a été décernée provient de l’Institut CIFAR (qui signifie « voir loin »), qui soutient des chercheurs exceptionnels en début de carrière par l’entremise du mentorat, d’un réseau mondial, du perfectionnement des compétences professionnelles et d’un soutien à la recherche sans restriction de 100 000$ pendant deux ans. (référence : https://cifar.ca/fr/)

Les recherches de Dr Haraoui portent sur la propagation des bactéries antibiorésistantes, une préoccupation majeure à l’échelle mondiale. La plupart des recherches sur les causes de l’augmentation de l’antibiorésistance portent sur un usage abusif des antibiotiques. Bien qu’il importe de limiter le recours aux antibiotiques, les recherches de Dr Haraoui visent à identifier d’autres facteurs moins évidents afin d’améliorer notre capacité à contenir leur propagation. Pour ce faire, il étudie les bactéries antibiorésistantes à l’échelle génétique (les gènes qui codent pour la résistance) ainsi qu’à l’échelle sociale (les activités humaines qui favorisent les bactéries antibiorésistantes). « À travers mes recherches, je remets en question les façons dont nous abordons et étudions les microbiomes (l’ensemble des gènes présents dans des communautés microbiennes) et leur évolution », souligne-t-il.

Se démarquer parmi 300 chercheurs mondiaux

« Le Dr Haraoui est un médecin et chercheur reconnu de ses pairs. Cette bourse est sans contredit une reconnaissance prestigieuse qu’il reçoit à titre de leader dans son domaine de recherche et pour l’excellence de son travail», affirme Richard Deschamps, président-directeur général du CISSS de la Montérégie-Centre. « C’est un honneur et une fierté pour notre organisation de pouvoir lui offrir un milieu propice à la réalisation de ses recherches. »

La cohorte du CIFAR de cette année compte 19 bourses attribuées parmi des chercheurs de plusieurs pays, sur un bassin de plus de 300 candidats qualifiés.

Date

mai 2021