Projet

Dealing with work disability: an intersectoral collaborative approach

CRSH – 2016-2018

Chercheurs principaux :
Marie-France Coutu
Marie-José Durand

 

Objectif général :

Adapter les interventions basées sur les données probantes, évaluer leurs applicabilité, effets et coûts/bénéfices pour des sous-groupes de travailleurs (troubles musculosquelettiques, troubles mentaux, cancer, maladies chroniques) ayant une incapacité à se maintenir ou à retourner au travail en fonction de diverses caractéristiques liées à la population en particulier les différences de genres, l’immigration, la diversité ethnoculturelle et le vieillissement de la population.

Les objectifs spécifiques suivants sont d’abord nécessaires :

  1. Établir un langage commun entre les partenaires et les chercheurs.
  2. Identifier les problèmes prioritaires (problématiques de santé et caractéristiques de la population) nécessitant des adaptations des interventions basées sur les données probantes.
  3. Générer des projets de recherches sur les adaptations nécessaires et basées sur des solutions transférables dans les milieux québécois.

Actuellement, il existe des pratiques basées sur les données probantes pour faciliter le retour au travail à la suite d’une absence prolongée due à un problème de santé physique (ex. : trouble musculosquelettique, cancer, problème cardiaque) ou une dépression. À ces causes, s’ajoutent les caractéristiques de la population (le vieillissement des travailleurs, le sexe, la diversité culturelle et l’immigration) qui amènent des contextes particuliers dont les interventions doivent tenir compte. Présentement, plusieurs interventions basées sur des données probantes sont disponibles et tiennent compte des niveaux tant individuels qu’organisationnels et qui ont pour but de retourner les personnes après une absence du travail associée aux diverses causes. De plus en plus d’entreprises sont sensibilisées à l’importance de gérer plus efficacement l’incapacité au travail, pour promouvoir le maintien et/ou le retour au travail de leurs employés. Cependant, de nombreux milieux de travail n’appliquent que partiellement ou pas encore ces façons de faire dans leur pratique courante. Ceci peut s’expliquer par le fait que l’implantation de ces pratiques est complexe et imbriquée dans un contexte multipartite (ex. : assureur, employeur, travailleur, syndicat, professionnel de la santé) et multifactoriel (facteurs légaux, sociaux, politiques et culturels). Il est donc crucial qu’afin que ces pratiques soient bien implantées, qu’elles soient adaptées au contexte. Il est aussi important d’impliquer les parties prenantes dans l’adaptation de ces pratiques pour faciliter leur implantation. 

Ce projet de recherche collaboratif se base sur le cadre conceptuel d’une science durable en recherche transdisciplinaire. Notre projet vise en Phase A à développer un langage commun (obj.1), qui aidera par la suite à identifier les priorités de recherche dans le domaine de la prévention et de la gestion des incapacités au travail (obj.2) et la Phase B touche la coconstruction entre les partenaires et la recherche de solutions. Ces solutions prendront la forme de projets de recherches sur les adaptations nécessaires et basées sur des solutions transférables dans les milieux québécois (obj.3). Des groupes de consensus (méthode TRIAGE : questionnaire et rencontres de groupe) seront réalisés afin d’identifier les concepts-clés pour atteindre un langage commun. Cette méthode ainsi que des groupes de discussion avec des experts de thématiques spécifiques (ex.: ethnie, vieillissement, immigration) permettront ensuite d’atteindre les objectifs 2 et 3. Les participants à cette étude sont les chercheurs et les divers partenaires représentants le contexte multipartite et multifactoriel. Les participants collaborent à cette étude depuis la rédaction de la demande de financement. Ils ont donc tous accepté de participer à l’étude.

Quelques résultats à ce jour

Les résultats obtenus montrent qu’il existe de nombreuses similitudes entre les défis et les étapes impliqués dans le processus de retour au travail / de rester au travail dans les quatre principaux problèmes de santé qui causent une incapacité de travail à long terme. Par exemple, lors de longues absences du travail, il est essentiel de préparer le retour au travail à l’employeur, aussi bien pour les personnes en dépression post-majeure que pour celles touchées par le cancer. Ces chevauchements concordent également avec la littérature sur les approches transdiagnostiques. En fait, deux revues de la littérature montrent que plusieurs prédicteurs du retour au travail sont communs à divers problèmes de santé tels que les troubles musculosquelettiques, le cancer, les troubles mentaux et certaines maladies chroniques.

La contribution de l’intersectionnalité doit être définie: dans le contexte de l’incapacité de travail à long terme, les études sont principalement épidémiologiques et utilisent rarement un cadre conceptuel ou une théorie pour étayer leurs analyses. Ainsi, les résultats n’expliquent guère les influences réciproques (intersectionnalité) du sexe, de l’âge, du statut d’immigrant et des origines ethnoculturelles. Bien que les résultats des études qualitatives révèlent les mêmes facteurs que ceux qui influent sur le processus de retour au travail / de rester au travail, ils montrent également que ces facteurs se manifestent différemment. Par exemple, en ce qui concerne le soutien lié au genre et au lieu de travail, les femmes en situation de vulnérabilité semblent chercher davantage de soutien (prise en compte des exigences du travail et des aspects relationnels), tandis que les hommes semblent davantage centrés sur la résolution de problèmes et leur besoin de performances, entre autres, pour retrouver la reconnaissance dans leurs tâches / productivité au travail.

Membres de l’équipe :

Marie-France Coutu, Marie-José Durand, Daniel Côté, Lise Gagnon, France St-Hilaire, Iuliana Nastasia, Chantal Sylvain, Dominique Tremblay, Hélène Sultan-Taïeb, Karine Bilodeau, Marie-Michelle Gouin.

Information complémentaire

Chercheur